mardi 1 novembre 2016

Le bigorneau fait la roue



Le bigorneau fait la roue d’Hervé Pouzoullic aux éditions Anne Carrière



Marc Polovic est étudiant à Sciences Po. Le moins qu’on puisse dire est que ses études ne le passionnent pas. Il vient d’ailleurs d’être collé à ses examens. Enfant, Marc se trouvait laid. Il se sentait la risée de ses camarades. Il s’est réfugié dans les livres et s’est construit une carapace. Une armure faite de citations des grands auteurs qu’il utilise à tout bout de champs pour briller en société, pour se défendre.

« Pour me protéger des moqueries, j’avais finalement décidé de cultiver mon esprit, mon sens de la répartie et de me plonger dans l’apprentissage des auteurs. Et c’est cul sec que je m’étais mis à ingurgiter leur œuvre. Je me droguai aux romans, me piquai aux nouvelles, sniffai de la poésie. Très vite, les bons mots des Grands giclèrent en rafales. Je braquais mon entourage avec Voltaire, tirais au canon avec Scarron, dégoupillais des alexandrins et faisais tout sauter, moi compris. J’étais le Rambo des bons mots. »

Devenu un jeune homme au physique plus attirant, il choisit d’utiliser cette même tactique pour séduire. Mais comme pour ses études, Marc ne brille pas par ses conquêtes féminines. Surtout il n’arrive pas à faire durer une relation plus de trois jours. Il profite de ses vacances en Bretagne pour poser la question du secret de la longévité du couple à ses parents et sa grand-mère. Il a une révélation. Pour qu’un couple dure, le ciment c’est l’incompréhension. Fort de cette découverte il va en faire un plan de bataille et tenter de séduire à l’international. Le bigorneau quitte son  rocher pour partir faire la roue à l’étranger.

Son histoire avec Véronica, jeune serveuse italienne, même si elle se termine mal, le conforte dans son idée. Elle a duré plus de seize mois. L’amour avec une femme étrangère semble être la solution. Après l’Italie ce sera les Etats Unis puis la Russie. Après chaque rupture il part se ressourcer dans sa chère Bretagne.

Le bigorneau fait la roue est de ces romans qui se lisent le sourire aux lèvres, le tout ponctué  de grands éclats de rire. Un livre jubilatoire. Hervé Pouzoullic s’est amusé en écrivant, en émaillant son récit de citations. On ressent son plaisir, à la lecture. Son style est riche, parfois érudit mais surtout plein d’autodérision. J’ai passé un très bon moment à la découverte de ce livre.J'attends le prochain avec impatience.

« Ma théorie sur l’incompréhension au sein du couple et l’amour à l’international prenait, à mes yeux, toute sa dimension. Quel homme n’a pas souhaité échapper aux vociférations de sa délicate compagne ? Quel homme aux tympans outragés, aux tympans brisés, aux tympans martyrisés ne s’est pas imaginé les tympans libérés des cris de sa gesticulante partenaire ? Je n’échappais ni au son ni à l’image en vivant avec une Italienne. Mais j’échappais aux mots et à leur sens. Par exemple, dans le  phonétique « Va voir l’oncle Ulo », je n’ai jamais compris qui était cet oncle Ulo… »



2 commentaires:

  1. Super chronique Denis, j'avais beaucoup aimé ce premier roman qui fait partie des délaissés des "68" mais que j'avais acheté pour le titre. Moi, bretonne, j'ai un faible pour les bigorneaux... et j'ai passé un bon moment, sourire aux lèvres, ça c'est sûr.

    RépondreSupprimer