samedi 21 mai 2016

Les enfants indociles



Les enfants indociles de Marie Charrel aux éditions Rue Fromentin


« Toute lettre reçue, tant qu'elle est encore scellée, peut changer le cours d'une vie. Rédigée par un amant, un parent, un inconnu : elle est la promesse d'une route nouvelle. La possibilité d'une cavale. L'éventualité d'une révolution.

Une fois ouverte, c'est tout autre chose. La déception est souvent à la hauteur de l'espoir soulevé. À peine esquissés, les chemins de traverse s'estompent. Les évasions hypothétiques s'évaporent. Le rêve se dissout. Mais pas toujours. Il arrive parfois qu'au contraire, les mots de la correspondance dévoilée soient l'aube d'un mystère naissant. »

C’est bien une lettre ou plutôt un message qui va changer le cours de la vie de Claire. Jeune femme timide, effacée, elle est en charge de la rubrique horoscope dans un journal. Une carrière bien éloignée de celle qu’elle pensait avoir quand elle avait débuté ses études des journalisme. Mais Claire se sent à l’aise dans sa petite vie. Elle vit dans ses rêves, elle invente les existences des personnes qu’elle croise.

Tout son équilibre va être chamboulé d’abord par un appel téléphonique. Sa grand-mère, Magda, celle qui l’a élevée vient de disparaître de sa maison de retraite. Cette disparition pose beaucoup de questions, d’autant plus que dans la famille de Claire on a l’habitude de s’évanouir dans la nature.

Peu de temps après l’annonce de la disparition, la jeune femme reçoit un message de Magda qui la replonge dans son enfance, quand toutes deux, elles jouaient à cap’ ou pas cap’.

« Cap’ ou pas Cap’ :
Porte tes chaussures zombies pendant toute une journée. (Et pas pendant le week-end.)

Dans l’espoir de retrouver sa grand-mère, écrivain de renom, Claire va suivre le jeu de piste proposé par Magda. Elle sera aidée dans sa quête par Louis, un mystérieux jeune homme, locataire de la maison de la vieille dame. Ils vont partir à la recherche des gens ayant inspiré les personnages des romans de Magda. Mais le jeu proposé par Magda a un tout autre but, il va faire réfléchir la jeune femme sur son passé, sur sa vie, la pousser à agir, à se comporter comme un enfant indocile, à vivre ses rêves plutôt qu’à rêver sa vie.

Après L’enfant tombée des rêves, j’attendais avec impatience le nouveau roman de Marie Charrel. Je n’ai pas été déçu. J’ai foncé tête baissée dans cette quête initiatique, dans ce roman plein d’humour, de tendresse et de poésie. Comme j’aurais aimé avoir une grand-mère comme Magda, personnage excentrique, fantasque, lumineux bien qu’ayant sa part d’ombre. Accompagnez, vous aussi Claire dans sa quête vous ne le regretterez pas. Pour ma part j’attends avec impatience le prochain roman de Marie Charrel.

« Au crépuscule de son existence, quand viendra l’heure de la mort, à quoi songera l’écrivain Madeleine Jarnon ? Elle laissera derrière elle une vie d’aventures et de mystères. De mensonges, aussi. Aura-t-elle des regrets ? Non ce n’est pas son genre, Madeleine Jarnon ne regrette jamais rien.
Si elle devait mourir tout de suite, quel bilan Claire Jarnon tirerait-elle de sa vie ? Il serait très différent de celui de sa grand-mère. Encombré de regrets. Son existence a été plutôt insignifiante, elle n’a rien fait de grand, ni même  d’un peu fou. Elle n’a accompli aucun de ses rêves. Elle s’est contentée de traverser les jours et les ans avec une infinie précaution, comme si à chaque mouvement un peu trop brusque, elle risquait de se briser les os. »

Voici le lien vers ma chronique sur L'enfant tombée des rêves : http://leslecturesduhibou.blogspot.fr/2014/04/lenfant-tombee-des-reves.html


2 commentaires:

  1. cap, ou pas cap, très sympathique ! merci

    RépondreSupprimer
  2. J'ai adoré moi aussi ! Ma lecture chouchou de ces dernières semaines

    RépondreSupprimer