mardi 29 avril 2014

Mue




Mue de Mélanie Richoz aux éditions Slatkine





 Jean Wilson est éditeur. C'est un homme froid, distant, de ceux qui ne s'encombrent pas des règles qui régissent le comportement en société. Un homme à femmes qui ne recherche que des aventures d'une nuit. Un personnage assez abject qui ne s'embarrasse pas de sentiments. Il ne recherche que son plaisir, et jette ensuite celle qui le lui a procuré.

   "Après un plan baise, rien ne m'importe plus que de me casser. Avant la métamorphose de la femme en petite fille docile qui se blottit et impose à vos bras de l'enlacer"


    Lucie Skrivan, elle, travaille comme réceptionniste, souvent le soir ou la nuit. Elle passe son temps à lire. Elle tombe sans cesse amoureuse. Elle veut "faire l'amour de manière universelle". Elle ne vit que pour la rencontre.

   "J'ai besoin de rencontrer ;
    chaque rencontre est un nouveau sillon dans mon histoire qui donne du sens à l'instant et qui fait que je ne suis plus tout à fait pareille après."


   Jean Wilson qui aime l'impersonnalité de la chambre d'hôtel pour ces relations d'un soir, va faire la rencontre de Lucie sur son lieu de travail, l'hôtel de Cigogne. Il va aussitôt être subjugué par cette jeune lectrice. Mais qu'ont ces deux personnages en commun.


    L"un de leurs points communs est le goût des mots, des histoires. Pour Jean les mots sont son métier, il est éditeur mais garde un souvenir ému de son apprentissage de la lecture. La lecture assidue de la jeune réceptionniste rappelle à Jean ce temps béni où il lisait pour le plaisir;

  "Il y avait dans son application à lire l'urgence de vivre. De la dévotion. Une implication entière, sans concession, qui me ramenait à l'époque où je lisais pour le plaisir."

   Pour Lucie, les mots, elle aimerait en faire son métier. Elle écrit. Elle écrit pour museler son angoisse, cette "Immortelle" comme elle l'appelle.

  "L'immortelle me fait écrire.
    Elle est le levain de mon écriture. Une pâte de farine fermentée avec de grosses bulles d'absence, qui n'aspire qu'à être malaxée, tapée et cuite. Comme du bon pain. Si l'Immortelle nourrit mon écriture, c'est aussi l'écriture qui me permet de la supporter. De survivre."

    Ce superbe roman qui nous conte la mue des deux personnages par le frottement de leur peaux, le fait de rentrer dans la peau de l'autre, mais aussi par leur rapport aux mots, écrits ou prononcés ou même par leur absence opère aussi une mue sur le lecteur tant ce texte nous bouscule par ces phrases courtes, précises, poétiques chargées d'émotions. Le mot Mue n'est il pas l'anagramme d'ému. Emu je le suis en refermant ce livre, un de ces livres qu'on a justement du mal à refermer. Mélanie, votre plume, et quelle plume,  m'a marquée pour longtemps!


5 commentaires:

  1. voilà qui donne très, très envie, c'est noté!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un superbe roman!! Merci pour le retour, bonne journée!!!

      Supprimer
  2. Vous pouvez foncer les yeux fermés! Rouvrez les quand même pour lire ce superbe roman. Merci pour le retour. Bonne soirée!

    RépondreSupprimer