lundi 12 janvier 2015

Tourterelle




Tourterelle de Mélanie Richoz aux éditions Slatkine




   Rose est chef de service en gériatrie dans un hôpital, elle est sérieuse, professionnelle, elle semble froide, parfois hautaine, absorbée par sa tâche, muselée par son éducation. Mais c'est aussi une femme qui veut vivre qui ne supporte plus d'être enfermée dans ce carcan, dans ses peurs, vivre sa vie de femme.

  "Je veux vivre. Éprouver la joie, la solitude, le doute, la douleur , l'enthousiasme, l'inspiration, l'audace.
    Choisir.
    Échouer.
    Exister."


   En dehors de son activité professionnelle, qu'elle a de plus en plus de mal à supporter, Rose écrit. Elle fait partie d'un groupe qui se retrouve régulièrement pour écrire des chansons. C'est là qu'elle le rencontre, lui, ce musicien plus jeune qu'elle et à qui elle s'adresse, (à lui et à elle même ), lui ce jeune homme qui la fait se sentir femme, pour qui elle éprouve une attirance, des sentiments qui la font se sentir vivante, vibrante. Une lutte intense a lieu en elle, entre ce qu'elle a toujours été, ce qu'elle montre d'elle et ce qu'elle veut être mais qu'elle n'estime pas avoir le droit de vivre, tout en le désirant ardemment. Elle est mariée, mais si seule. Elle a peur de ce qu'elle ressent.

   "La plénitude de nos silences, de nos hésitations. De ton brûlant et craintif désir d'aimer.
     C'est peut-être ceci que l'on a en commun. La peur d'aimer. Amère, douloureuse, contagieuse mais connue.
     L'insatiable peur d'aimer.
     L'insatiable peur d'aimer, par peur d'aimer trop.
     Et la prodigieuse capacité à le cacher."

Rose porte bien son nom. Rose c'est le rouge de la passion, du feu qui couve sous le blanc de la glace,  de la sagesse. Rose c'est la mélange de ces deux couleurs, c'est le résultat de cette lutte violente qui a lieu en elle.

   "Entre le dedans et le dehors
     Il y a des océans,
     des tsunamis,
     des ouragans.
     Des montagnes.
     De peur."

   Tourterelle est le premier roman de Mélanie Richoz, le deuxième que je lis de cette auteure. Deux romans lus, autant de coups de coeur. Un roman plein d'émotion, un roman fort, porté par un style tout en musique, la musique de l'émotion. Une poésie simple, une poésie vraie, qui frappe au coeur.

   "Écrire pour moi, sans contrainte de style qui biaise l'essence d'un message au profit du nombre de pieds exigés ou d'une rime riche qui rendent la poésie niaise et prévisible. Je préfère le fond à la forme. La prose est la plus jolie robe que porte la poésie.

   Et qu'elle est belle votre poésie Mélanie, qu'elle est émouvante! Quelle est belle  votre musique!

   "Ma musique,
     c'est le tempo de ma solitude.
     Une solitude retranscrite en images.
     En mots.

      Je n'entends pas.
      Je vois."

Aucun commentaire:

Publier un commentaire