dimanche 12 janvier 2014

Au pays des kangourous



Au pays des kangourous de Gilles Paris aux éditions Don Quichotte


Simon est un petit garçon vif et plein d'imagination. Son père est écrivain, il écrit des livres pour des célébrités, sa mère, elle, travaille pour Danone en Australie et est très peu présente physiquement dans la vie de son fils. Simon ne se sent pas aimé par sa mère, du moins pas comme par son père.  Sa présence lui manque, mais elle est trop occupée "au pays des kangourous". Un jour, Simon retrouve son père dans le lave vaisselle. Très vite, la grand-mère paternelle de Simon, Lola, fait intervenir le médecin qui le fait placer dans une maison de repos.


 Simon, vit désormais chez Lola, une grand-mère haute en couleur entourées par ses amis "les sorcières" qui occupent leurs soirées à danser ou à contacter les esprits dans des séances de spiritisme.  Bien que son mari soit malade, Carole, ne rentre toujours pas d'Australie. A travers les yeux de Simon on assiste à l'évolution de la maladie de son père qui s'aggrave. Bientôt le père est conduit à Sainte Anne chez les "dingues". Lors des ses visites à son père  il rencontre une petite fille, Lily qui semble tout connaître de ce milieu et connaître les malades; Elle va l'aider à mettre des mots sur les maux de son père :

"Lily, dis moi, c'est quoi une dépression? je demande en m'essuyant mes moustaches de lait.
-C'est un peu comme si quelqu'un entrait en toi et te faisait faire des chose dont tu n'as pas l'habitude.
-On dirait un film d'horreur, ce que tu dis.
-C'est pire, ce n'est pas pareil. Tu te réveilles et tu n'es plus comme avant . Celui qui es en toi saute par la fenêtre , ou avale trop de médicaments, et tu ne peux rien faire pour l'en empêcher."


Après Autobiographie d'une courgette, Gille Paris explore le thème de la dépression d'un père vue  par son fils de neuf ans. Un roman émouvant et plein d'humour. On vit la dépression avec le petit Simon. On est attendri par cette relation privilégiée entre le père et son fils. Le fait que Simon soit le narrateur du roman donne encore plus de force à l'émotion. Un roman doux comme une fraise Tagada, acidulé comme un crocodile Haribo, pétillant comme une gorgée de Coca. Un vrai régal.

4 commentaires:

  1. J'adore Gilles Paris et j'ai vraiment beaucoup aimé ce livre (les autres aussi d'ailleurs) !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est le deuxième que je lis et pour l'instant carton plien! Merci pour votre commentaire.

      Supprimer
  2. Il faut que je le lise celui-là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un régal! Merci pour votre commentaire!

      Supprimer